Actualités

Déco
REPLAY : VOUS CONNAISSEZ L'ARCHITECTURE TEXTILE ?
Lily Latifi est designer textile. Son idée est d’utiliser le textile dans des projets d’architecture intérieure afin de traiter des questions liées à la luminosité, la visibilité ou la modularité. On ne parle dès lors plus de décoration mais bel et bien de design. Renault, la SNCF ou encore l’ambassade de France lui font aujourd’hui confiance.
ÉDITION 2017
Com
PRINT IN PROGRESS, UNE PREMIÈRE ÉDITION RÉUSSIE EN 2017
3 022 visiteurs. 70 exposants. 52 workshops. 45 speakers.  En octobre dernier, Print In Progress a relevé le défi de réunir les leaders du secteur du print et les grands décideurs du marché pour parler du futur de l’impression. Le hall A du Paris Event Center de la Villette a plongé les visiteurs au cœur de l’innovation, avec quatre hubs de tendances entièrement personnalisés où marques et annonceurs ont déroulé un programme de keynotes très apprécié des visiteurs. « Des stands aérés, lumineux, des ateliers, des formats courts, un chargé des réseaux sociaux itinérant… Les arts graphiques ont rajeuni de quelques années le temps de ce salon. » SNAPPRESS Sur la scène principale, se sont succédés Karima Nana, chef de groupe marketing chez Nutella, Raphaël Thivolet, Innovation Specialist de Nestlé Waters, Richard Quinn, créateur de mode anglais, Julien Sappa, designer français, Lily Latifi, designer textile, Byron Fuller, Chief Marketing Officer chez Exagroup, Éric Trousset, directeur général de Médiapost Publicité… Tous étaient là pour évoquer leurs stratégies en termes de personnalisation et donner leur vision du marché. « Deux jours de rencontres exceptionnels. » PANORAMA Organisées par les équipes du salon sur les deux jours de l’événement, les visites guidées thématiques « Design » et « Communication créative » ont elles aussi rencontré leur public, avec des responsables marketing de grandes marques et des designers en réelle recherche d’informations sur les opportunités offertes par les nouvelles technologies d’impression. « Print In Progress est un salon très enrichissant. Bravo pour la qualité des talks, des hubs et du salon en général. » LILY LATIFI, DESIGNER La qualité et la diversité du visitorat ont été particulièrement appréciées par les exposants, qui ont accueilli sur leurs stands de nouveaux acteurs issus des secteurs du packaging, de l’industrie, du retail, de la décoration et du design. « Une première édition très prometteuse : nous sommes à 100% derrière vous pour appuyer votre vision du marché. » ROLAND DG Parmi ces nouveaux profils : de nombreux prescripteurs venus faire de la veille, mais aussi de grandes entreprises pour qui le print n’est pas l’activité principale, mais qui souhaitent aujourd’hui intégrer des unités d’impression au sein même de leur activité. « Print In Progress, un salon en plein effervescence. » EMBALLAGES MAGAZINE Rendez-vous en octobre prochain pour une nouvelle édition encore plus ambitieuse !
ÉDITION 2017
Déco
REPLAY : QUAND L'IMPRESSION INSPIRE LA MODE
Pour le styliste londonien Richard Quinn, lauréat du H&M Design Award en 2017, l’impression numérique est un outil formidable car elle lui donne la possibilité d’être réactif face aux demandes du marché et de créer des produits sur-mesure.
ÉDITION 2017
Com
L'ÉDITO DE GUILLAUME ABOU, DIRECTEUR DE PRINT IN PROGRESS-SHOWROOM DES INDUSTRIES CRÉATIVES
Sur Print In Progress -Showroom des Industries Créatives, nous sommes convaincus que les grandes idées ne sont plus l’apanage des seuls créatifs, mais qu’elles sont le fruit d’échanges riches entre une marque, son agence et ses prestataires. Parce que rien n’est figé dans le marbre, que l’innovation dans le domaine des industries créatives est permanente, rapide, transversale et donc parfois difficile à saisir, et parce que les créatifs cherchent tous les moyens de se distinguer, nous sommes persuadés que l’avenir appartient à ce dialogue, sur un même pied d’égalité, entre toutes les parties prenantes d’un projet. Personnalisation, segmentation, réalité augmentée, gestion des données variables, nouveaux supports, encres fonctionnelles… Face à l’immensité des développements technologiques, au milieu d’un flux d’innovations toujours plus dense, il est beaucoup plus complexe qu’avant d’obtenir la bonne information au bon moment, d’imaginer l’utilisation de telle nouvelle application ou tel nouveau support personnalisable, son coût, etc. De leur côté, les prestataires, challengés en permanence, se réinventent totalement, en intégrant de nouveaux savoir-faire, en développant de nouvelles applications et de nouveaux services. Ils font évoluer leur ADN, de telle sorte qu’il semble impossible de les appeler encore « imprimeurs », tant le mot semble réducteur face à l’étendue de leurs compétences. Ces « architectes de solutions » sont aujourd’hui source d’idées pour les créatifs et sont à même de mettre en oeuvre des projets extrêmement complexes, de mixer du digital avec du print, d’apporter des solutions d’hyper personnalisation, de faire vivre de nouvelles expériences… Leur place doit être au plus près de leur client, dès le début de l’expression du besoin, lorsque la page est encore blanche. Comment imaginer un déploiement de pop-up stores si le service marketing ne maîtrise pas les sujets de rendu, de faisabilité et de budget ? Comment un designer peut-il proposer à une entreprise de personnaliser ses locaux s’il ne maîtrise pas parfaitement ce qu’il se fait en covering mural et en mobilier ? Nous croyons fermement que l’avenir appartient à cet écosystème. Du chemin reste néanmoins à parcourir. Entre les nouveaux besoins des marques et créatifs et ces imprimeurs réinventés, un fossé existe encore. C’est ce « gap » que se propose de combler Print In Progress – Showroom des Industries Créatives. Sa mission : être un passeur entre les créatifs et les maîtres d’oeuvre, de manière à ce que ces deux mondes se comprennent mieux. Venir sur Print In Progress – Showroom des Industries, c’est vivre une nouvelle expérience, plonger dans le concret de réalisations innovantes, en découvrir le making of, être en contact avec les grands fabricants qui développent des équipements et des supports personnalisables, comprendre les enjeux technologiques pour mieux les intégrer dans ses projets, fertiliser son imagination avec des remontées d’expériences via des talks, conférences et visites guidées… C’est entrer dans les usines pour mieux comprendre le potentiel des nouvelles technologies d’impression et du digital. C’est comprendre comment on passe de la réflexion à l’application, de l’idée à sa concrétisation. Courant juin, le programme sera en place. D’ici là, restez connectés à notre communauté et retrouvez toute l’innovation de notre secteur via votre magazine partenaire IC LE MAG, son site et ses newsletters.
ÉDITION 2018
Com
3 QUESTIONS À JULIEN SAPPA, DIRECTEUR ARTISTIQUE DU SALON
Dans sa volonté d’immerger ses visiteurs au cœur de la création, Print In Progress, le Showroom des Industries Créatives, a décidé de confier la direction artistique de son événement au designer français Julien Sappa, fondateur et dirigeant de l’agence Regularswitch.   QUE SIGNIFIE, POUR VOUS, DE PRENDRE LA DIRECTION ARTISTIQUE D’UN SALON COMME LE SHOWROOM DES INDUSTRIES CRÉATIVES ? Cela fait déjà plusieurs années que je travaille avec les équipes de 656 Editions. Nous avons notamment créé ensemble le concept Plug&Play pour le salon C!Print, avec la volonté d’accompagner les mutations du marché et de nous adresser davantage aux créateurs et aux prescripteurs en leur montrant tout le potentiel des nouvelles technologies. Le salon Print In Progress, le Showroom des Industries Créatives est la suite logique de toute cette histoire. Malgré tout, ce salon représente un défi de taille puisque nous devons y être capables de synthétiser tout le chemin parcouru, et de traduire le tout dans un discours plus contemporain. C’est un langage nouveau à inventer, et cela est très enthousiasmant, surtout pour un designer comme moi qui reste intimement convaincu que rien n’est plus précieux que ce dialogue entre la technique et le créatif. QUELLE EST VOTRE LIGNE DIRECTRICE POUR CET ÉVÉNEMENT ? Notre idée a été de montrer qu’une vraie connaissance des différentes techniques peut donner naissance à de vrais et beaux projets artistiques, qu’il n’aurait pas été possible de faire autrement. Notre direction artistique est l’histoire de ce dialogue fécond qui sera au cœur du salon. Les dégradés et les couleurs spéciales que nous avons imaginés pour nos images sont à la fois de vrais choix créatifs pour incarner cette idée des projets qui infusent, mais aussi de vrais défis techniques quand il s’agit de les imprimer.  Nos typographies sont riches de sens. Nous avons choisi la Simplon et l’Amplitude. La Simplon est une police technique, utilisée par les ingénieurs pour annoter leurs plans en usine. Une police normée qui raconte cette histoire de la technologie et qui, dans le même temps, fait écho au code et à la data, et à cette idée d’esthétique technologique. L’Amplitude est, quant à elle, une typographie éditoriale plus contemporaine, dont la particularité est de comporter des ink traps, ces petits pièges à encre qui permettent à l’encre de s’écouler lors de l’impression et d’éviter ainsi que les lettres ne se bouchent… Une belle histoire. Réunies, ces deux polices nous disent combien la technique et la créativité sont intimement mêlés. En tant que designer, je ne peux qu’être sensible à cette approche. EN TANT QUE DESIGNER, QUEL REGARD PORTEZ-VOUS SUR LE PHÉNOMÈNE DE PERSONNALISATION QUI CONCERNE AUJOURD’HUI TOUS LES SECTEURS ET QUI SERA AU CŒUR DU SALON ? Au sein de mon agence Regularswitch, on s’est aperçu de façon empirique que notre travail était devenu un travail de design global, autrement dit qu’il incluait aussi l’espace. Pour nos clients, nous faisons de l’architecture graphique. Nous nous appuyons sur le travail des architectes pour ensuite traduire une image de marque en volume. Dans ce contexte, la personnalisation est une opportunité incroyable de développement, avec des marques qui souhaitent désormais décliner leur image de façon différente en fonction des lieux où elles se trouvent ou des publics qu’elles souhaitent séduire. Et ce, sans perdre leur âme. Au Brésil, on parle de « tropicalisation ».  Hermès, par exemple, y a un concept unique. C’est une nouvelle page qui se tourne avec une nouvelle histoire à écrire, une histoire où il faudra apprendre à lutter contre le côté autoritaire que pouvait avoir jusqu’ici la charte graphique pour se mettre au service d’une nouvelle expérience-client.   À propos de Regularswitch Regularswitch est une agence de design graphique dont les bureaux se situent à Sao Paulo, Paris et Lyon. Elle réalise aujourd’hui de nombreux projets d’architecture graphique et de communication par l’espace pour des marques comme Nike, Zilli, Agfa, Santista, etc. Elle a été fondée et est dirigée par Julien Sappa.
ÉDITION 2018
Pack
REPLAY : LE RETOUR D’EXPÉRIENCE DE LA MARQUE NUTELLA
France, été 2017 : Nutella lance sur le marché 2,6 millions de pots uniques. Une opération hors norme qu’a décryptée pour nous Karima Nana, chef de groupe marketing de la marque.
ÉDITION 2017
Com
REPLAY : LA PERSONNALISATION PEUT-ELLE RELANCER L’ÉCONOMIE ?
La personnalisation oui, mais pas n’importe comment ! Cette tendance tient parfois plus de la martingale économique que de la révolution créative. François Martin, Senior Graphic Industry Consultant, nous a donné son analyse. François Martin a passé plus de 12 ans dans l’industrie graphique numérique, chez HP. En France, c’est lui qui a permis la réalisation de la première campagne d’affichage entièrement personnalisée, pour la marque SMART, avec l’impression de plus de 1000 affiches uniques ! Il a également participé à la fameuse « campagne des prénoms » de Coca-Cola. Aujourd’hui Senior Graphic Industry Consultant and Digital Print Evangelist, François Martin était l’invité d’honneur de la première édition du salon.
ÉDITION 2017